Un hangar transformé
en loft
en région parisienne

    Isabelle souhaitait un lieu qui lui ressemble, sans concession. Pendant plusieurs mois, elle a visité des dizaines de maisons et de lofts sans jamais s’y voir vivre. Quand elle a visité ce hangar en parpaing, tôle et terre battue, le déclic est venu: tout raser et partir de zéro. Partant d’une feuille blanche, son loft idéal pouvait voir le jour.

    Ses consignes : beaucoup de lumière, une très grande pièce à vivre libre avec une grande cuisine, une terrasse sans vis-à-vis, 1 chambre principale avec dressing et salle de bain, 2 chambres d’amis partageant une cabine de douche, une grande buanderie et une cave en sous-sol. A l’extérieur, côté rue, un espace parking et un peu de verdure.

    Pour intégrer toutes ses fonctionnalités et pour dissocier les espaces nuit et jour, le loft se fera sur deux niveaux.

    Pour faire gagner un maximum de luminosité, l’agence a proposé d’installer l’espace de vie à l’étage. Cet espace donne sur la terrasse aménagée. De grandes baies vitrées, deux verrières en toiture, et un plancher vitré inondent le loft de lumière.

    La pièce ainsi créée s’étend sur 50 m². Chaque espace y trouve une place privilégiée : la cuisine avec son bar ilot gigantesque donne sur la terrasse ; le salon se fait cosy devant le poêle.

    Les pièces de nuit et les pièces techniques se distribuent au rdc.

    Le cube créé en avant de la bâtisse est habillé de briques grises. La volumétrie est étudiée pour être en cohérence avec les lofts ceinturant la parcelle.

    L’ambiance générale est industrielle. L’étage garde son volume sous toiture. Des planchers en gré-cérame effet béton brut sont installés. Leur format « grande dalle » donne de la grandeur à la pièce. Un mur de brique est conservé sur le mur arrière, il se propage du rdc à l’étage. Il évoque le caractère d’origine du lieu.


    Isabelle souhaitait un lieu qui lui ressemble, sans concession. Pendant plusieurs mois, elle a visité des dizaines de maisons et de lofts sans jamais s’y voir vivre. Quand elle a visité ce hangar en parpaing, tôle et terre battue, le déclic est venu: tout raser et partir de zéro. Partant d’une feuille blanche, son loft idéal pouvait voir le jour.

    Ses consignes : beaucoup de lumière, une très grande pièce à vivre libre avec une grande cuisine, une terrasse sans vis-à-vis, 1 chambre principale avec dressing et salle de bain, 2 chambres d’amis partageant une cabine de douche, une grande buanderie et une cave en sous-sol. A l’extérieur, côté rue, un espace parking et un peu de verdure.

    Pour intégrer toutes ses fonctionnalités et pour dissocier les espaces nuit et jour, le loft se fera sur deux niveaux.

    Pour faire gagner un maximum de luminosité, l’agence a proposé d’installer l’espace de vie à l’étage. Cet espace donne sur la terrasse aménagée. De grandes baies vitrées, deux verrières en toiture, et un plancher vitré inondent le loft de lumière.

    La pièce ainsi créée s’étend sur 50 m². Chaque espace y trouve une place privilégiée : la cuisine avec son bar ilot gigantesque donne sur la terrasse ; le salon se fait cosy devant le poêle.

    Les pièces de nuit et les pièces techniques se distribuent au rdc.

    Le cube créé en avant de la bâtisse est habillé de briques grises. La volumétrie est étudiée pour être en cohérence avec les lofts ceinturant la parcelle.

    L’ambiance générale est industrielle. L’étage garde son volume sous toiture. Des planchers en gré-cérame effet béton brut sont installés. Leur format « grande dalle » donne de la grandeur à la pièce. Un mur de brique est conservé sur le mur arrière, il se propage du rdc à l’étage. Il évoque le caractère d’origine du lieu.